Peut on supprimer ses données personnelles sur internet ?

Un peu de juridique … pour une fois ! Qu’advient-il de nos données personnelles quand on navigue sur le web ? Est-ce possible de supprimer une information compromettante ou est-ce stocké à jamais dans les tuyaux du web ? Quand est-il du droit à l’oubli ?

15139282_10154214665568790_441567059_n

 

Le droit à l’oubli numérique : un mythe ou une réalité ?

Il n’existe pas de vrai droit à l’oubli, il existe des alternatives, des solutions qui permettent de supprimer certaines informations personnelles. Mais attention ce n’est pas une suppression définitive !

Par exemple, comment faire pour effacer cette photo prise à la boum de José qui vous colle à la peau depuis la 3ème ?

Axium 1 : Il est possible de se détaguer mais Facebook conserve dans ses bases toutes les informations personnelles.

Selon la CNIL : « Le droit au déréférencement est dérivé du droit au respect de la vie privée, qui est un droit fondamental universellement reconnu, issu d’instruments internationaux de protection des droits de l’Homme »

En 2014, la Cour de Justice de l’Union Européenne a fait un grand pas en avant en imposant le déréférencement aux moteurs de recherche ! En qualifiant les moteurs de recherche de « responsable de traitement », ces derniers doivent respecter le droit européen des données personnelles qui est beaucoup plus restrictif que leur droit américain.

Il est maintenant possible grâce à la mise en ligne d’un formulaire de déréférencer une information sur un site qui nous concernerait.

Axium 2 : Déréférencement oui, MAIS PAS de droit à l’oubli !

Bémol 1: En mai 2016, le journal du net énonce que le moteur de recherche a reçu 426 693 demandes relatives à 1 491 197 URL et y a répondu favorablement dans 42,9 % des cas. Les sites les plus touchés pour ces demandes sont bien sûr les réseaux sociaux tels que Facebook avec à peu près 12 600 URL bloqués.

Bémol 2 : L’information reste dans les tuyaux. Cette suppression ne signifie pas l’effacement de l’information sur le site en question. L’association des mots nom et prénom par exemple ne permettra plus de vous trouver sur les moteurs de recherche mais en allant directement sur le site, l’information restera inchangée.

Le déréférencement est donc une victoire en demi teinte… Certes, il s’agit d’une première étape, mais la route est longue pour avoir un véritable droit à l’oubli numérique effectif.

Angélique de La Tullaye

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE