LIEU : La Gaîté Lyrique relève le défi de la culture numérique

Un mois après l’ouverture de cet espace parisien dédié à la création numérique sous toutes ses formes, il est temps de dresser un premier bilan : la Gaîté Lyrique tient-elle ses engagements ?

Après sa fermeture en 1991 et huit ans de travaux de rénovation, le théâtre du 3ème arrondissement a rouvert ses portes le 2 mars dernier, avec un objectif : incarner la place forte des cultures nouvelles.

Deux enjeux principaux ressortent. Tout d’abord, doter (enfin) la ville de Paris d’un lieu dédié aux cultures numériques, afin de promouvoir l’émergence d’une nouvelle vision artistique qui mêle vidéo, musique, jeu et arts plastiques, et prône la convergence de l’art et des nouvelles technologies.

Pour cela, la Gaîté Lyrique est divisé en plusieurs espaces : au sous-sol, un auditorium pour les ateliers/conférences. Au 1er étage, un espace jeux vidéo (où plusieurs bornes XBox 360 sont en libre accès) et un centre de ressources qui dispose d’une multitude d’ouvrages et revues consacrées à l’art numérique. Et au 2ème, la Grande Salle, pour les concerts.

Par ailleurs, l’équipe de la Gaîté assume pleinement son rôle de producteur, puisqu’elle incite les artistes invités à créer une véritable œuvre numérique en utilisant toutes les ressources technologiques à disposition. Ainsi, le concert qui réunira le producteur de musique électronique et de jazz Carl Craig et le pianiste Francesco Tristano les 13 et 14 avril prochains (1) se transformera en show interactif grâce au travail graphique du collectif Scale, conçu spécialement pour les murs-écrans de la Grande Salle.

Coupe de la Gaîté Lyrique

L’autre enjeu principal est bien plus complexe : il s’agit de garantir la rentabilité du lieu à long terme, après un chantier évalué à 90 millions d’euros et alors que plusieurs autres espaces culturels font face à d’importantes difficultés économiques (le Centquatre ou la Cité du Design par exemple).

Pour cela, l’équipe de la Gaité devra redoubler d’audace dans sa programmation afin d’inciter tous les publics à la « curiosité numérique ».

Cela semble pour le moment en bonne voie, avec le cycle de conférences Le lieu Média de l’Atelier Français, qui réunit une fois par mois des acteurs de tous les secteurs créatifs et des entreprises du numérique (2), ou encore l’installation interactive La zone (Tchernobyl), malheureusement d’actualité, qui nous permettra d’explorer la zone d’exclusion autour de l’ancienne centrale du 26 avril au 8 mai.
Enfin, une mention spéciale à la programmation musicale pointue, avec un concert prometteur d’Architecture in Helsinki et des jeunes espoirs du rock indépendant à la française du groupe La Femme vendredi 8 avril, un weekend DJ Spooky les 23 et 24 avril (3), et la folk nostalgique des londoniens Noah ans the Whale le 28 avril (4).

Foncez-y !

La Gaîté Lyrique, 3 bis rue Papon dans le 3éme.
www.gaité-lyrique.net

(1) Versus 2.0 : Carl Craig/Moritz Von Oswald/Francesco Tristano, accompagnés des visuels du collectif Scale, mercredi 13 et jeudi 14 avril à 20h30.
(2) Le lieu média, de l’espace culturel à l’espace virtuel, prochaine édition le jeudi 21 avril.
(3) Weekend DJ Spooky : rencontre et concert le samedi 23 avril à partir de 19h et le dimanche 24 avril à 15h.
(4) Noah and the Whale + Guests, le jeudi 28 avril à 19h30.

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE