Discover et les « snap-ads » débarquent en France

Depuis le 15 septembre dernier, Snapchat a lancé la version française de Discover, plateforme premium dédiée aux contenus médias. Jusque-là disponible uniquement en anglais, il s’agit pour les annonceurs d’une occasion en or de toucher les 10,3 millions de visiteurs français de l’application.

La publicité s’empare de Snapchat.

Le Monde, L’équipe, Melty, Konbini, Paris Match ainsi que les versions françaises de Cosmopolitan, Vice et Tastemade débarquent sur l’application du petit fantôme jaune.

Leurs régies publicitaires ont imaginé des dispositifs inédits et exclusifs sur le réseau social. Des « Snap Ads » seront directement intégrées aux contenus diffusés.

Sur ce Discover français, une édition journalière -week end inclus- sera diffusée par chacun des médias partenaires. Environ dix contenus par édition seront proposés sous différents formats (vidéo, articles, animation en motion design, etc). Les « Snap Ads » se glisseront entre les contenus, sous forme de vidéo de 10 secondes recouvrant l’intégralité de l’écran. Le nombre de spots est limité à quatre par édition. L’expérience de marque est ainsi garantie !

Parmi les premiers annonceurs à se laisser convaincre, on retrouve :

– Guerlain, Dior Parfums, Vuitton et Schweppes, via leur agence KR Média pour Le Monde.
– Nina Ricci, Dior et Guerlain (LVMH) Lancel et les parfums Zadig & Voltaire pour la chaîne Cosmopolitain via sa régie GMC Média.
– Red by SFR, Yves Saint Laurent Beauté, Netfix et Zadig & Voltaire pour Vice. Face à lui, la chaîne Melty n’a réussi qu’à convaincre un seul annonceur : Sephora.

Un moyen de toucher les jeunes qui boudent les médias traditionnels ?

Marie-Amélie Putallaz, chef de service Social Média au Figaro, reconnaît que Snapchat permet de toucher une population jeune (15-25 ans), peu exposée aux moyens de diffusion classiques du quotidien. C’est également l’occasion d’essayer de nouveaux formats inédits et propres au mobile -« support essentiel pour l’information en 2016 » -et par extension de rajeunir sa communication.

Avec 10,3 millions de visiteurs uniques par mois en France, dont 72% de 15-24 ans, l‘application du petit fantôme jaune est le lieu idéal pour capter la cible jeune, qui se détourne de plus en plus des médias traditionnels.

Un niveau d’engagement élevé.

Cette audience a également un niveau d’engagement très élevé. La durée d’utilisation est estimée entre 25 et 30 minutes en moyenne, par jour. Ceci explique peut-être les tarifs publicitaires élevés de ce nouveau support de communication. En effet, on parle d’un tarif moyen journalier avoisinant les 20 000 €. Ajoutez à cela les coûts liés à la création des contenus quasi exclusifs …. La note finale est plutôt salée.

En effet, contrairement aux autres médias sociaux, les contenus doivent être complètement repensés pour coller au format imposé par l’application. Cela représente un investissement conséquent pour les différents médias qui se voient dans l’obligation de se plier aux fortes contraintes imposées par le format inédit de Snapchat (contenus exclusifs, création d’une équipe dédiée, etc).
Mais qu’en est-il de l’efficacité des campagnes ? Afin de rassurer ses annonceurs, Snapchat fournit aux régies publicitaires des données tels que le nombre de visites ou le temps passé sur le contenu.

Pour ce qui est de mesurer l’efficacité réelle des campagnes, seul le temps nous le dira …

Alexandra Douffiagues

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE